Ce texte a été traduit par Béatrice Dameron, il est disponible sur son site Croisements-Narratifs.FR
De tous les textes de Michael White que j’ai lus, celui-ci est probablement un de ceux qui comptent le plus pour moi, et qui m’influencent le plus directement. C’était donc une priorité de le faire partager, car en dehors de son utilité concrète, il place le lecteur au cœur d’une métaphore narrative de fond.
Cheryl White était la femme de Michael et a co fondé avec lui le Dulwich Centre. Un grand merci à elle pour m’avoir amicalement autorisée à traduire et à publier cet article majeur, et pour avoir accepté de le présenter en quelques lignes.
Lire la suite...